Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Frank Gehry au bois de Boulogne

5 thèmes | 18 oeuvres
Les voiles gonflées d’un vaisseau en mer... C’est ainsi qu’a été présentée en photo dans de nombreux journaux, la Fondation Louis Vuitton, construite par l’architecte Frank Gehry. Mais où est la mer ou au moins le recul pour voir le vaisseau voguer ? Sur les hauteurs de Saint-Cloud, car aux abords immédiats, il n’y a que la lisière du bois de Boulogne ou le Jardin d’acclimatation. L’absence de recul oblige le promeneur à ne voir que la puissance du bâtiment. A quoi ressemble la construction d’un chantier de cette ampleur ? Comment le génial Gehry, a changé de matériaux entre Bilbao et Paris ? Qu’est-ce qu’un mécène aujourd’hui ? La fondation Louis Vuitton est-elle la seule raison d’aller au bois ? Voici des réponses en forme de parcours...

Bois de Boulogne

Avec la fondation Louis Vuitton, le Jardin d’acclimatation, deux hippodromes, des sentiers de randonnées pédestres, un camping international, le bois de Boulogne est riche en propositions variées pour passer le temps...

Parcs, jardins et bois de Paris à pied

Se promener en forêt, ou à la campagne, bien sûr, mais se promener dans les parcs ou les bois à Paris ? Voici 29 itinéraires pour profiter du « Luco », des Buttes Chaumont... et des bois de Vincennes, de Boulogne. Ancien terrain de chasse des rois de France, le bois de Boulogne a été réaménagé par le baron Haussmann pendant le Second Empire. Outre un bois classique, plein d’arbres, on y trouve le Pré-Catelan, le parc de Bagatelle, et le camping du bois de Boulogne, ouvert toute l’année.

Qu’avez-vous fait de la libération sexuelle ?

D’un côté de la Fondation Louis Vuitton, il y a le Jardin d’acclimatation, de l’autre, le bois de Boulogne, où la prostitution est une réalité dont le petit essai de Marcela Iacub tire sa substance. Nous suivons l’enquête menée par l’héroïne Louise Tugènes, qui pose des questions troublantes : Les prostituées sont-elles libres ? La prostitution est-elle immorale ? Les crimes sexuels sont-ils des atteintes à la liberté sexuelle ? Marcela Iacub, juriste, chercheuse, chroniqueuse à "Libération", a un style inimitable fait de dialectique, d’insolite et de comique. Décapant et hilarant.

Les conseils des pros pour gagner aux courses

En bordure du bois de Boulogne, il y a les hippodromes d’Auteuil pour les courses de haies, et de Longchamp pour le galop. Dans les deux, on joue un cheval placé ou gagnant, on fait un tiercé dans l’ordre, dans le désordre... La plupart du temps, on perd, sinon de quoi vivrait le PMU ? Pourtant les courses hippiques ne sont pas dues au hasard ; turfistes, entraîneurs, jockeys, pronostiqueurs le savent bien. Ce manuel contient les secrets de ceux qui savent regarder les chevaux, l’état du terrain... Le jockey qui gagne est celui qui sait choisir le meilleur moment pour dire à l’oreille du cheval : « Vas-y, fonce ! ».

Construction

Les architectes imaginent des volumes dont ils dessinent les plans. Quels sont leurs 101 secrets ? Une fois les plans dessinés, il faut affronter les contraintes techniques : plus de 20 brevets ont été nécessaires à la construction de la Fondation Louis Vuitton. Puis le chantier vit sa vie extraordinaire ; c’est le sujet du roman "Naissance d’un pont" qui évoque un chantier imaginaire.

Frank Gehry – Exposition au Centre Pompidou

Frank Owen Gehry est un homme qui sculpte en construisant. Ses bâtiments ont des formes inimaginables, car elles ont la liberté de sculptures molles, qui seraient fabriquées avec des tissus... Mais rien n’est mou à la réalisation, car il construit de vraies maisons avec des coques dures. Comment fait-il ? Laissons les ingénieurs résoudre les énigmes : rarement un architecte a offert autant de poésie, de rêve...

Esquisses de Frank Gehry

Sydney Pollack dit ne rien connaître au documentaire ni à l’architecture dont Frank Gehry ne souhaite pas parler de manière professionnelle. Aucune importance. L’amitié qui lie Frank Gerhy et Sydney Pollack rend le film très attachant, et l’essentiel est ailleurs. Gehry parle de courbes, Pollack les filme. Le résultat est fascinant. Pollack esquisse le portait d’un architecte dont l’esprit est libre, ce qui ne l’empêche pas de regarder de près les contraintes techniques auxquelles il s’expose.

101 petits secrets d’architectures qui font les grands projets

« "Si vous êtes incapable d’expliquer vos idées à votre grand-mère en termes compréhensibles, c’est que vous ne maîtrisez pas assez votre sujet" » est le secret n° 48 que dévoile Matthew Frederick, architecte, enseignant aux USA dan son livre. Son secret n°10 « "Notre perception d’un espace architectural dépend fortement de la manière dont nous accédons à cet espace" » s’applique à la Fondation Louis Vuitton : découvrant les parois vitrées sans recul, nous ne voyons pas le vaisseau que nous imaginions d’après les photos des journaux...

Naissance d’un pont

Un documentaire raconte une histoire en image. "Naissance d’un pont" n’est pas un documentaire, mais un roman qui fait vivre l’atmosphère d’un chantier titanesque : chef de travaux, grutier, responsable de la fabrication du béton, pose des câbles, tentatives de sabotage individuelle ou collective, menace de grève, intrigues amoureuses. Le style de Maylis de Kerangal est physique ; nous sommes avec chaque personnage, homme, femme. Le rythme est fait d’accélérations subites, même si le chantier progresse lentement. Le pont enjambe le fleuve. C’est un roman-fleuve dont le courant nous entraîne au cœur de l’excitation d’un chantier.

Frank Gehry

Pour apprécier le génie des volumes de Gehry, il y a actuellement trois endroits à Paris : la Fondation Louis Vuitton au bois de Boulogne, la Cinémathèque dans le parc de Bercy, et le Centre Pompidou qui lui consacre une exposition. En outre, le documentaire de Sydney Pollack donne toute la dimension poétique de l’architecte.

La Fondation Louis Vuitton par Frank Gehry

Franck Gehry a dessiné le « bâtiment sculptural » de la Fondation Louis Vuitton, qui vient d’ouvrir ses portes, entre le Jardin d’acclimatation et le bois de Boulogne. Il tire son inspiration de la goélette Suzanne, toutes voiles dehors, de la verrière du Grand Palais, de l’église de Ronchamp du Corbusier, et du « baroque déconstruit » selon Paul Chemetov, architecte du Ministère des Finances, voisin de la Cinémathèque, autre œuvre de Gehry. Le livre de la fondation évoque longuement le chantier et les différents corps de métiers.

Frank Gehry – Exposition au Centre Pompidou

Frank Owen Gehry est un homme qui sculpte en construisant. Ses bâtiments ont des formes inimaginables, car elles ont la liberté de sculptures molles, qui seraient fabriquées avec des tissus... Mais rien n’est mou à la réalisation, car il construit de vraies maisons avec des coques dures. Comment fait-il ? Laissons les ingénieurs résoudre les énigmes : rarement un architecte a offert autant de poésie, de rêve...

Frank Gehry : Les maisons

Frank Gehry a construit de nombreuses maisons dont la sienne, à Santa Monica, en Californie, son laboratoire. Sa première commande fut, en 1958, pour la maison Steeves, à Brentwood, toujours en Californie, de facture assez classique, comparativement à la maison Lewis, dans l’Ohio, où son imagination semble ne connaître aucune limite. Il construit des maisons, à moins qu’il ne les sculpte...

Esquisses de Frank Gehry

Sydney Pollack dit ne rien connaître au documentaire ni à l’architecture dont Frank Gehry ne souhaite pas parler de manière professionnelle. Aucune importance. L’amitié qui lie Frank Gerhy et Sydney Pollack rend le film très attachant, et l’essentiel est ailleurs. Gehry parle de courbes, Pollack les filme. Le résultat est fascinant. Pollack esquisse le portait d’un architecte dont l’esprit est libre, ce qui ne l’empêche pas de regarder de près les contraintes techniques auxquelles il s’expose.

Mécènes

L’art contemporain occupant une place de plus en plus importante dans la société moderne, le mécénat, son poumon financier, se développe proportionnellement. Qu’est-ce qu’un mécène aujourd’hui ? Quelles sont ses motivations ? Comment agissaient les princes mécènes au siècle des Lumières ?

Le mécénat

« "La différence entre les bonnes œuvres d'autrefois et la philanthropie d'aujourd'hui, c'est que la page n'est pas tournée une fois l'argent versé. Les nouveaux philanthropes veulent que leur action soit efficace..." » déclare François Debiesse, ancien président de la Fondation BNP Paribas. La philanthropie d’aujourd’hui est le mécénat, sujet de son "Que sais-je ?" qui aborde les questions historiques, les différents modes de mécénats, et l’évaluation de sa place dans la société. Avec sa Fondation Louis Vuitton à Paris, Bernard Arnault répond au Palais Grassi et à la Punta della Dogana de François Pinault à Venise...

Art de cour : Le mécénat princier au siècle des Lumières

La maison de Rohan fut l’une des familles les plus puissantes de France dont les Rohan Soubise furent une branche, proche de Louis XIV. Au XVIIIe siècle, ils transformèrent l’ancien hôtel de Guise en palais Soubise ; leur mécénat montrait leur magnanimité ; générosité au service du faste et de la splendeur. En s’appuyant sur l’exemple des Soubise, ce livre collectif montre certains aspect du mécénat princier de l’ancien régime. Les temps ont changé : « O tempora, o mores », comme disaient les Anciens.

Ce qui motive les entreprises mécènes

Philanthropie, investissement, responsabilité sociale ? Le mécénat est-il réservé aux grandes entreprises ? Quels sont les dispositifs juridiques et fiscaux ? A quoi servent les fondations ? Prennent-elles des risques ? Virginie Seghers, consultante, a dirigé l’Admical, association créée en 1979 qui diffuse la pratique du mécénat auprès des entreprises. Son livre explique les clés de l’entreprise mécène. Mais le mécénat existe aussi hors des entreprises sous la forme du financement participatif - le crowdfunding – auquel font appel de grands établissements, comme le Musée d’Orsay, pour financer la restauration de l’"Atelier du Peintre" de Gustave courbet.

Un musée comme une œuvre

Paul Chemetov, architecte du Ministère des Finances à Bercy, décrit la Fondation Louis Vuitton comme un « bâtiment sculptural ». Un musée, lorsque son architecture est remarquable, empêche-t-il de remarquer les œuvres d’art qu’il accueille ? La construction de l’Hermione fut un chantier ouvert au public qui se visitait comme un musée.

La Fondation Louis Vuitton par Frank Gehry

Franck Gehry a dessiné le « bâtiment sculptural » de la Fondation Louis Vuitton, qui vient d’ouvrir ses portes, entre le Jardin d’acclimatation et le bois de Boulogne. Il tire son inspiration de la goélette Suzanne, toutes voiles dehors, de la verrière du Grand Palais, de l’église de Ronchamp du Corbusier, et du « baroque déconstruit » selon Paul Chemetov, architecte du Ministère des Finances, voisin de la Cinémathèque, autre œuvre de Gehry. Le livre de la fondation évoque longuement le chantier et les différents corps de métiers.

Le Musée Guggenheim Bilbao

La Fondation Louis Vuitton n’est pas le premier coup de génie de Franck Gehry ; il y a déjà eu le Musée Guggenheim, à Bilbao, où la silhouette du bâtiment peut s’apprécier de tous les côtés. Le matériau qui recouvre les murs est du titane. C’est en voyant cette œuvre de Gehry que Bernard Arnault a souhaité qu’il travaille pour lui. À Bilbao, le bâtiment s’était vu reprocher par certains grincheux de faire de l’ombre aux œuvres des artistes, ce qui est un comble, vu sa luminosité !

Le Centre Pompidou : Les années Beaubourg

Quand le Centre Pompidou jaillit en 1977, la société parisienne tremble : pourquoi une usine à gaz en plein cœur du vieux Paris ? Pompidou est ouvert sur la modernité, et le président du jury, l’ingénieur Jean Prouvé, fait la différence. Renzo Piano et Richard Rogers ouvrent une nouvelle ère dans le monde des musées. Si les couleurs identifient Beaubourg, la grande innovation technique vient des gerberettes : les rotules fixées à chaque étage sur les mâts ; tendues d’un côté vers le bas par des câbles, elles poussent vers le haut les poutres qui soutiennent les immenses planchers. Génial !

L'Hermione: Une frégate pour la liberté

La Fayette traverse l’Atlantique, en 1780, sur l’Hermione, pour aller aider l’Amérique à conquérir son indépendance. Ce navire de 44 m, témoin d’une période phare des chantiers navals en France, a été depuis 1977 reconstruit à Rochefort par une équipe de passionnés. La frégate a pris la mer le 7 septembre 2014. Le chantier fut ouvert au public, et nombreux sont ceux qui ont pu faire le voyage dans le temps. Le livre, illustré de photos de Francis Latreille, photographe reporteur reconnu, raconte cette aventure hors du commun.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60