Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Marguerite Duras

5 thèmes | 18 oeuvres
On célèbre le centième anniversaire de la naissance de Marguerite Duras, née le 4 avril, près de Saïgon (alors Indochine française). Cette auteure prolifique d’une cinquantaine de livres (romans, théâtre) et de dix-neuf films, dont quatre courts métrages, est réputée difficile. Elle est pourtant traduite en plus de trente langues, publiée dans la Pléiade, et fait partie des grands auteurs français du XXème siècle.

Duras autrement

La place qu’occupa Duras dans les médias à partir de la sortie de "L’Amant" en 1984 (Duras et l’alcool, Duras et Platini, Duras et Mitterrand, Duras et l’affaire Villemin) en fit un personnage public reconnaissable entre tous, mais elle déforme aussi la vision qu’on peut porter sur son œuvre, parfois jusqu’à la caricature. Revenir au Duras intime ou relire les auteurs qu’elle admirait aide à redessiner un portrait plus serein de Marguerite Duras écrivain et cinéaste.

Marguerite Duras

Un album pour passer de l’autre côté du miroir d’un des écrivains français les plus importants. Photographies, facsimilés, manuscrits, lettres… Laure Adler a illustré les grandes étapes de la vie de Marguerite Duras à travers ces documents qu’elle a choisis et classés. Un album en cinq parties des racines de l’enfance à la consécration. Sublime, forcément sublime Marguerite D.

Phèdre

En théâtre, Marguerite Duras a un seul maître, et c’est Jean Racine qu’elle a d’abord étudié comme tout le monde au lycée français de Saïgon, qu’elle verra ensuite représenté à la Comédie-Française lors de son arrivée à Paris, et qu’elle relira avec délice à la naissance de son fils.

En attendant Godot

Difficile pour Duras de ne pas être influencée par Beckett qui domine le théâtre de son époque, d’autant plus qu’ils ont tous les deux le même éditeur. En 1963, Beckett se rendra à la première de l’une de ses pièces, "Les Viaducs de la Seine-et-Oise", et il aurait dit en sortant : « C’est magnifique ». Plus tard, Beckett incitera son actrice emblématique, Madeleine Renaud, à travailler avec Duras.

  Livre Fiction
En attendant Godot
Auteur: Beckett, Samuel (1906-1989)
Edition: Minuit

Plume

Duras a connu personnellement les plus grands écrivains français de son époque : Raymond Queneau, Maurice Blanchot, Georges Bataille, René-Louis des Forêts... Mais l’un de ceux qu’elle a le plus admiré, mais qu’elle n’a jamais rencontré, c’est Henri Michaux, qu’elle qualifiera de « plus grand poète français ».

  Livre doc
Plume
Auteur: Michaux, Henri (1899-1984)
Edition: Gallimard
Collection: Poésie

Duras cinéaste

« Marguerite Duras n’a pas écrit que des conneries, elle en a filmé aussi... », disait Pierre Desproges. Le cinéma fait partie intégrante de l’œuvre de Marguerite Duras. Certains de ses romans ont été adaptés au cinéma ("Un barrage contre le Pacifique", "Moderato Cantabile", "L’Amant") ; elle a écrit des scénarii et des dialogues (dont le sublime "Hiroshima mon amour" en 1959) ; elle-même a tourné des films, et on l’a même vue tenir son propre rôle dans "Sauve qui peut (la vie)", de Jean-Luc Godard.

Hiroshima mon amour

Une actrice se rend à Hiroshima pour tourner un film sur la paix. Elle y rencontre un Japonais qui devient son amant et son confident. Il lui parle de sa vie et lui répète : « Tu n’as rien vu à Hiroshima ». Elle lui parle de son adolescence, Nevers pendant la Seconde Guerre mondiale, de son amour pour un soldat allemand et du fait qu’elle a été tondue à la Libération.

Les Enfants

Si "India Song" est sans doute le film le plus connu de Duras, en partie grâce à la mélopée entêtante signée Carlos d’Alessio, "Les Enfants", tourné en 1985, est le seul film “comique” de Duras, à la fois « durassien et tatiesque », comme l’écrivit Serge Toubiana dans "Les cahiers du cinéma".

L’Amant

A 70 ans, Marguerite Duras sort de l’anonymat avec "L’Amant" qui obtient le prix Goncourt. Elle rencontre enfin le grand public. Comme le dira Alain Robbe-Grillet qui ne l’aimait pas beaucoup : « L’Amant est un livre important, bien qu’il ait atteint les deux millions d’exemplaires : ne soyons pas mesquins... Marguerite Duras est bête, mais c’est un grand écrivain... oui, oui... et elle a des intuitions créatrices très intelligentes sans le savoir. » Jean-Jacques Annaud fera une adaptation de "L’Amant", que Duras reniera. Elle sortira en même temps que le film, un livre, "L’Amant de la Chine du Nord" qui est, en quelque sorte, sa vision du film tel qu’il aurait dû être.

  Livre Fiction
L'amant
Auteur: Duras, Marguerite (1914-1996)
Edition: Minuit

Duras et la littérature

« Sa voix propre, Duras ne l’a pas trouvée d’emblée. Ses deux premiers romans respirent l’air « existentialiste » de l’époque. Les trois suivants – « "Un barrage contre le Pacifique" » (1950), « "Le marin de Gibraltar" » (1952), « "Les petits chevaux de Tarquinia" » (1953) – s’inscrivent dans l’« âge du roman américain ». Puis, peu à peu, le romanesque narratif s’efface, les personnages s’estompent ou s’affinent – au point de se réduire bientôt à des séries d’états d’âme presque anonymes, voire à un étrange statut de regard regardé ». (extrait de la présentation de la Pléiade).

Lumière d’août

Quand elle commence à écrire, au début des années 40, Duras est influencée comme beaucoup d’écrivains français (Sartre et Camus en tête) par les écrivains américains : Ernest Hemingway et surtout William Faulkner. Une influence dont elle se détachera progressivement.

Un cadavre dans la bibliothèque

« Duras adore Agatha Christie. Comme elle, elle est fascinée par le côté ordinaire du crime et par la banalité – apparente – de la personnalité des criminels. La différence entre un fou et un être normal n’apparaît qu’après le crime. Ce n’est pas dans le camp de la victime qu’elle se situe mais dans celui qui commet l’acte. C’est la destruction de soi-même à travers la mort qu’on inflige à un autre qui la captive » ("Marguerite Duras", Laure Adler, Gallimard/Biographie, 1998).

L’espèce humaine

Robert Antelme épouse Marguerite Duras en 1939. Pendant la guerre, ils entrent dans la Résistance, dans un groupe dirigé par François Mitterrand. Antelme sera déporté à Dachau. Il en tirera un des plus importants essais sur l’univers concentrationnaire, "L’espèce humaine", tandis que Duras racontera son sauvetage dans un livre magnifique, "La douleur".

  Livre doc
L'Espèce humaine
Auteur: Antelme, Robert
Edition: Gallimard
Collection: Tel

L’Amant

A 70 ans, Marguerite Duras sort de l’anonymat avec "L’Amant" qui obtient le prix Goncourt. Elle rencontre enfin le grand public. Comme le dira Alain Robbe-Grillet qui ne l’aimait pas beaucoup : « L’Amant est un livre important, bien qu’il ait atteint les deux millions d’exemplaires : ne soyons pas mesquins... Marguerite Duras est bête, mais c’est un grand écrivain... oui, oui... et elle a des intuitions créatrices très intelligentes sans le savoir. » Jean-Jacques Annaud fera une adaptation de "L’Amant", que Duras reniera. Elle sortira en même temps que le film, un livre, "L’Amant de la Chine du Nord" qui est, en quelque sorte, sa vision du film tel qu’il aurait dû être.

  Livre Fiction
L'amant
Auteur: Duras, Marguerite (1914-1996)
Edition: Minuit

Duras journaliste

« Entre deux romans, je fais du journalisme », avait coutume de dire Duras. Ce fut effectivement une activité constante chez elle. Pour la télévision, elle a travaillé sur la célèbre émission "Dim Dam Dom". Dans les années 80, elle a largement participé au succès de "L’Autre journal", lancé par Michel Butel, avec ses entretiens avec François Mitterrand ou Platini. Elle a enfin souvent collaboré avec le quotidien "Libération", animant, tout un été, une chronique hebdomadaire ou en y publiant le plus célèbre de ses articles, celui sur l’affaire du meurtre du petit Grégory, assassiné noyé dans la Vologne.

L’Autre Journal : 1984-1992 Une anthologie

C’est dans "L’Autre journal", fondé en 1984 par Michel Butel, que Marguerite va livrer deux de ses plus célèbres entretiens. D’une part, une très longue conversation avec François Mitterrand qu’elle connaît depuis près d’un demi-siècle et qui jouera un rôle essentiel dans sa vie sous l’Occupation. Et d’autre part, une interview absolument géniale et décalée avec Michel Platini, alors au faîte de sa gloire.

Le bûcher des innocents

Fan de faits-divers, Duras ne pouvait pas rater l’affaire criminelle qui a fait couler tant d’encre à son époque : celle du petit Grégory Villemin, quatre ans, retrouvé mort noyé, ligoté, dans la Vologne. C’est dans "Libération" qu’elle publiera son article resté célèbre pour cette expression : « Sublime, forcément sublime », à propos de Christine Villemin, la mère de l’enfant.

L’été 80

Durant l’été 80, Marguerite Duras tient une chronique pour "Libération" en direct de Trouville, si l’on peut dire, où elle possède une maison. Dix textes qui abordent aussi bien l’actualité brûlante (la révolte sur les chantiers navals de Gdansk, en Pologne) qu’un enfant d’une colonie de vacances, isolé des autres, sur la plage. « Un égarement dans le réel », comme elle l’écrira.

Entretiens inédits Marguerite Duras et François Mitterrand

A partir des années 80 et du couronnement de "L’Amant" par le prix Goncourt, Marguerite Duras devient de plus en plus une voix, avec un phrasé inimitable, des silences, un choix scrupuleux des mots, que l’on entend de plus en plus, à la radio, à la télévision, et qui ressemble à sa façon d’écrire. Elle est devenue « une autoroute de la parole », comme elle le dit à Jérôme Beaujour, dans "La vie matérielle", un livre d’entretiens, justement.

  CD
Entretiens inédits
Edition: Institut François Mitterrand

Duras, la recherche d’une voix

« A travers la diversité des genres – romans, nouvelles, théâtre, scénarios, films –, Duras n’a jamais cessé d’explorer l’écriture elle-même. Car, c’est précisément la recherche d’une voix qui lui fût propre qui l’a amenée à composer pour le théâtre où le langage « a lieu ». Bien sûr, l’expérience de l’écriture dramatique ou cinématographique influence l’écriture romanesque, et certains sujets passent d’un genre ou d’un support à un autre, mais il y a plus : peu à peu se fait jour un style reposant sur la porosité des genres. Sur la couverture d’"India Song" se lit une triple mention : texte – théâtre – film... » (Extrait du texte de présentation de la Pléiade).

La Mouette

A côté de ses propres pièces, Duras a signé de nombreuses adaptations, seule ou en collaboration : "Les Papiers d’Aspern" et "La bête dans la jungle", de Henry James, "Miracle en Alabama", de William Gibson, ou encore "La Mouette" de Tchekhov.

Phèdre

En théâtre, Marguerite Duras a un seul maître, et c’est Jean Racine qu’elle a d’abord étudié comme tout le monde au lycée français de Saïgon, qu’elle verra ensuite représenté à la Comédie-Française lors de son arrivée à Paris, et qu’elle relira avec délice à la naissance de son fils.

En attendant Godot

Difficile pour Duras de ne pas être influencée par Beckett qui domine le théâtre de son époque, d’autant plus qu’ils ont tous les deux le même éditeur. En 1963, Beckett se rendra à la première de l’une de ses pièces, "Les Viaducs de la Seine-et-Oise", et il aurait dit en sortant : « C’est magnifique ». Plus tard, Beckett incitera son actrice emblématique, Madeleine Renaud, à travailler avec Duras.

  Livre Fiction
En attendant Godot
Auteur: Beckett, Samuel (1906-1989)
Edition: Minuit
logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60