Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

À Dada !

5 thèmes | 15 oeuvres
Dada est centenaire. Une fois soufflées les bougies de farces et attrapes, elles se rallument toujours. Dada a fait une énorme farce à l’Histoire de l’Art en y entrant par effraction pour toujours. À partir de février 1916, en pleine guerre, quelques jeunes artistes qui la fuient, Hugo Ball, Richard Huelsenbeck, Picabia, Arp, Tzara, se retrouvent au Cabaret Voltaire à Zurich ; ils vomissent l’art officiel, académique, admiré par la bourgeoisie européenne. Leurs armes sont : des lectures de poésies, des revues d’arts aussi nombreuses qu’éphémères, et des collages. Dada sape les fondations de l’Art, sans même prendre la peine d’écrire un Manifeste digne de ce nom. Voici l’occasion de se mettre à dada sur un parcours, en hommage ou à califourchon, c’est selon.

Fils à Dada

La question se pose depuis la mort de Dada dans le début des années 1920 : qui a repris le flambeau ? Les Marx Brothers dans les années 1930, même s’ils sont presque trop populaires pour être honnêtement dadas ; Isidore Isou, fondateur du Lettrisme qui ne fut pas populaire du tout, mais néanmoins génial ; "The Sex Pistols" qui ont fait autant de dégâts que Dada dans les consciences, même si cela appartient presque au passé... Que reste-t-il aujourd’hui comme descendants à Dada ? "Gaz de France" ! Un film où flotte l’esprit dada : absurde, hilarant, décapant, pan t’es mort ! car le Président de la République propose d’annoncer sa mort...

Never Mind The Bollocks, Here’s the Sex Pistols

Dans "Lipstick Traces : une histoire secrète du vingtième siècle", Greil Marcus, historien du rock, fait le lien entre Richard Huelsenbeck et Johnny Rotten. Richard Huelsenbeck est l’un des fondateurs de Dada. Le 11 février 1916, au Cabaret Voltaire, Hugo Ball, autre fondateur, note : « Huelsenbeck est arrivé. Il plaide pour qu’on accentue le rythme (rythme nègre). Il aimerait tambouriner jusqu’à ce que la littérature disparaisse sous terre. » Huelsenbeck est punk avant la lettre, à moins que les Sex Pistols ne soient les petits-enfants de Dada.

Traité de bave et d’éternité d’Isidore Isou

Après le Dadaïsme et le Surréalisme, le Lettrisme est le mouvement d’avant-garde le plus important. Il est fondé en 1945 par Isidore Isou (1925-2007) qui considère que « le poète dilate les voyelles ». En 1952, "L’Internationale Lettriste" proclame : « l’exercice le plus urgent de la liberté est la destruction des idoles » (pensée dadaïste entre toutes) et « ne travaillez jamais ». En 1951, le film d’Isidore Isou, "Traité de bave et d’éternité" fait scandale à Cannes. Le montage du film consiste à rendre totalement indépendant l’image et le son. Frédérique Devaux raconte dans son livre comment est né le film ; on peut en voir un extrait dans la salle n°33 du Musée National d’Art Moderne, au Centre Pompidou.

Gaz de France

« Geste dada » selon "Les Inrocks", « Filiation dada » selon "Libération", ainsi est présenté "Le cinéma mystérieux de Benoît Forgeard", un DVD sorti en 2012 qui regroupe tous ses courts métrages. Gaz de France est son dernier long métrage, sorti début 2016. Comme les précédents, de dada il a tout : rire, insolence, esprit subversif. Le Président de la République est au plus mal dans les sondages, après qu’il n’a pas su quoi répondre à une femme dans une émission télé qui lui demandait s’il avait une question à lui poser. Son éminence grise réunit une équipe de "storytellers" pour préparer une nouvelle déclaration fracassante. Le chanteur Philippe Katherine qui joue le président dit dans Télérama : « Dans la vie, acteur n'est pas mon métier principal. Je fais ça en touriste, en visiteur. » C’est sans doute cela qui a fait la force de Dada : ne faire que passer.

La Soupe au canard

En quoi les Marx Brothers sont-ils dadas ? "La Soupe au canard" est au cinéma ce que "Ubu roi" d’Alfred Jarry est au théâtre, une bombe ; Jarry est l’un des plus grands inspirateurs de Dada. "La Soupe au canard" est un film de 1933, de Leo McCarey où excellent les Marx Brothers. Groucho prend les rênes de la république Freedonia mais il accumule les gaffes qui mènent à la guerre avec le pays voisin, Sylvania. Mêlant parodie, gestuelles hallucinantes dont la scène de la glace, absurde, anticonformisme, "La Soupe au canard" est un chef-d’œuvre de comédie dont le succès ne fut pas immédiat. Satire politique réalisée au moment où Hitler arrive au pouvoir. Groucho Marx disait « La politique, c'est l'art de chercher les problèmes, de les trouver, de les sous-évaluer et ensuite d'appliquer de manière inadéquate les mauvais remèdes. »

Frères ennemis, ennemis

Dada est né en 1916, au Cabaret Voltaire, à Zurich, en pays neutre, alors que la guerre fait rage. La guerre, la haine de l’ennemi, le pouvoir, et sa violence, c’est ce que dénonce Jarry dans "Ubu roi". L’ennemi était aussi sur le terrain littéraire, en la personne de Maurice Barrès. Entre Dada et les Surréalistes, spécialement entre Tristan Tzara et André Breton, il s’agit de frères ennemis, comme le sont toujours un poète et un chef.

Ubu roi

Au Cabaret Voltaire, QG de Dada à Zurich, Jarry fait partie des auteurs préférés. "Ubu roi", la pièce qu’il a écrite en 1896 pour dénoncer la pourriture du pouvoir, lui a été inspirée par l’aspect grotesque de son professeur de physique au lycée de Rennes. Les premières versions de la pièce avaient la forme d’un journal lycéen. L’une des caractéristiques principales de Dada est la multitude de revues et tracts rédigés dans l’urgence ; les artistes de Dada, comme Jarry, étaient de formidables observateurs des travers de leurs contemporains, alors que l’art académique préférait dormir tranquille en rêvant d’un monde idéal.

Il y a des journalistes partout

De quelques coupures de presse relatives à Tristan Tzara et André Berton. « Je m’imagine que l’idiotie est partout la même, puisqu’il y a partout des journalistes », écrit Tristan Tzara à Francis Picabia ; Tzara a inventé le nom Dada, Picabia était l’artiste dada le plus drôle. Le livre de Marc Dachy, en partant de coupures de presses, montre les relations entre les différents membres de Dada et celles entre Tzara et Breton ; Breton fut le chef de file des Surréalistes, mouvement né dans le sillage de Dada. Tzara et Breton étaient deux frères ennemis. Philippe Sollers qui a édité le livre, lui, est un grand ami de Marc Dachy ; dans une conférence mémorable, il dit son amour de Dada et son désamour pour la langue des journalistes.

Romans et voyages

Le 13 mai 1921, Dada se constitue en tribunal révolutionnaire pour juger Maurice Barrès, accusé « de crime contre la sûreté de l’esprit ». André Breton est à l’origine de ce procès auquel participe Dada ; Tzara intervient comme témoin avec insolence et désinvolture, marque de fabrique de Dada. Tous reprochent à Barrès d’être devenu un héros du patriotisme après avoir été un dilettante de l’anarchie. Lire les œuvres de Barrès aujourd’hui permet de comprendre contre quoi luttait Dada. Connaître l’ennemi, toujours !

Le D.A. Da de Dada

Dans un document de l’INA, Tristan Tzara présente Dada. Il déplore que l’histoire ait retenu que Dada voulait détruire, alors que Dada voulait créer de nouvelles valeurs et avait pour cela besoin de détruire. Pour se faire une idée des nombreux artistes, œuvres et revues dada, le catalogue "DADA" est parfait. Aujourd’hui, "Dada" est devenue une revue qui présente l’histoire de l’art sous un jour nouveau. N’oublions pas qu’il y avait aussi une musique Dada.

DADA

C’est un annuaire DADA, catalogue de l’exposition Dada au Centre Pompidou en 2005, où toute l’aventure du mouvement est classée par ordre alphabétique. Le papier est très fin, comme l’était celui des différentes revues parues entre 1916 et 1924. On y apprend que Dada était à Zurich, mais aussi à Paris, Berlin, New York... On y trouve les acteurs principaux, Tzara, Picabia, Schwitters, Arp, Duchamp, Man Ray, Emmy Hennings, Hannah Höch et leurs œuvres. Et comme avec tout annuaire, lorsqu’on s’en sert pour y chercher quelque chose, on en profite pour le feuilleter, mais le lire du début à la fin n’aurait aucun sens, d’ailleurs l’introduction est à la lettre I.

Dada et la musique

Inspiré par la recette du poème dadaïste de Tristan Tzara : « prenez un journal, prenez des ciseaux », Erik Satie cultive son indifférence à l’art et crée la Musique d’Ameublement. Dans cette compilation, elle est présentée comme une œuvre d’Arthur Honegger, mais l’idée est de Satie avec la complicité de Darius Milhaud. Il s’agit d’une musique d’ambiance, composée pour ne pas être écoutée attentivement. Erik Satie est visionnaire, il imagine une musique pour les besoins de confort des gens, dont le fond sonore des pizzerias ou des ascenseurs est un avatar. Autre perle de la compilation, "Karawane" de Hugo Ball, l’animateur du Cabaret Voltaire à Zurich, dont voici un extrait.

Duchamp

La revue Dada existe depuis 1991. Elle s’adresse au jeune public ainsi qu’à tous ceux qui restent éternellement jeunes face à l’Art. De Dada, elle cultive la jeunesse, l’anticonformisme, l’ouverture d’esprit. En 2010, la revue a reçu le label de l’ANCP, Association Nationale des Conseillers Pédagogiques. Donc après avoir fait trembler l’art officiel, Dada est devenu pédagogue ! Ce numéro est consacré à Marcel Duchamp, l’inventeur des "Ready Made" dont le premier, "Roue de bicyclette", date de 1913 ; Duchamp anticipe donc Dada dont il a l’esprit iconoclaste. En couverture "Fontaine", – un urinoir vendu dans le commerce avait été installé à plat sur un socle, comme une sculpture – fit scandale en 1917 ! Aujourd’hui, les "Ready Made" font ouvrir les yeux sur ce que nous négligeons. Marcel Duchamp a dit : « c’est le regardeur qui fait l’œuvre ».

Poésie

Si Dada déclarait la guerre à la société, c’était d’une manière poétique. "Dada est Tatou". "Tout est Dada" est un livre de Tristan Tzara dans lequel il dit que : « Le grand secret est là : la pensée se fait dans bouche ». On est chez les dingues, dont la poésie fut inspirée par d’autres dingues de la fin du XIXe siècle, comme Jarry, et qui en mit d’autres sur orbite comme les Lettristes.

DADA

C’est un annuaire DADA, catalogue de l’exposition Dada au Centre Pompidou en 2005, où toute l’aventure du mouvement est classée par ordre alphabétique. Le papier est très fin, comme l’était celui des différentes revues parues entre 1916 et 1924. On y apprend que Dada était à Zurich, mais aussi à Paris, Berlin, New York... On y trouve les acteurs principaux, Tzara, Picabia, Schwitters, Arp, Duchamp, Man Ray, Emmy Hennings, Hannah Höch et leurs œuvres. Et comme avec tout annuaire, lorsqu’on s’en sert pour y chercher quelque chose, on en profite pour le feuilleter, mais le lire du début à la fin n’aurait aucun sens, d’ailleurs l’introduction est à la lettre I.

Ubu roi

Au Cabaret Voltaire, QG de Dada à Zurich, Jarry fait partie des auteurs préférés. "Ubu roi", la pièce qu’il a écrite en 1896 pour dénoncer la pourriture du pouvoir, lui a été inspirée par l’aspect grotesque de son professeur de physique au lycée de Rennes. Les premières versions de la pièce avaient la forme d’un journal lycéen. L’une des caractéristiques principales de Dada est la multitude de revues et tracts rédigés dans l’urgence ; les artistes de Dada, comme Jarry, étaient de formidables observateurs des travers de leurs contemporains, alors que l’art académique préférait dormir tranquille en rêvant d’un monde idéal.

Traité de bave et d’éternité d’Isidore Isou

Après le Dadaïsme et le Surréalisme, le Lettrisme est le mouvement d’avant-garde le plus important. Il est fondé en 1945 par Isidore Isou (1925-2007) qui considère que « le poète dilate les voyelles ». En 1952, "L’Internationale Lettriste" proclame : « l’exercice le plus urgent de la liberté est la destruction des idoles » (pensée dadaïste entre toutes) et « ne travaillez jamais ». En 1951, le film d’Isidore Isou, "Traité de bave et d’éternité" fait scandale à Cannes. Le montage du film consiste à rendre totalement indépendant l’image et le son. Frédérique Devaux raconte dans son livre comment est né le film ; on peut en voir un extrait dans la salle n°33 du Musée National d’Art Moderne, au Centre Pompidou.

Précurseurs

Dans les soirées du Cabaret Voltaire à Zurich, Alfred Jarry et Stéphane Mallarmé figuraient parmi les auteurs préférés ; ils avaient chacun tenté des avancées formelles dans le domaine de la poésie pour Mallarmé, dans le théâtre pour Jarry, à la fin du XIXe siècle. Ils étaient un tremplin sur lequel les artistes dadas prirent leur élan.

Un coup de dé jamais n’abolira le hasard

Mallarmé fait partie du panthéon de Dada, avec Jarry, Roussel, Lautréamont. "Un coup de dé jamais n’abolira le hasard" est un coup de théâtre dans la poésie en 1898. Les calligrammes d’Apollinaire sont postérieurs et simplement illustratifs, ainsi son poème sur la Tour Eiffel a la forme de la Tour Eiffel. Stéphane Mallarmé a inventé autre chose : il a donné de l’air à un poème en isolant un mot sur une page et en grossissant énormément la taille des caractères. Picabia, Haussmann, Schwitters, Arp, autant d’artistes dadas qui ont retenu la leçon dans leurs collages.

  CD
Un coup de dés jamais n'abolira le hasard
Auteur: Mallarmé, Stéphane (1842-1898)
Edition: Thélème

Ubu roi

Au Cabaret Voltaire, QG de Dada à Zurich, Jarry fait partie des auteurs préférés. "Ubu roi", la pièce qu’il a écrite en 1896 pour dénoncer la pourriture du pouvoir, lui a été inspirée par l’aspect grotesque de son professeur de physique au lycée de Rennes. Les premières versions de la pièce avaient la forme d’un journal lycéen. L’une des caractéristiques principales de Dada est la multitude de revues et tracts rédigés dans l’urgence ; les artistes de Dada, comme Jarry, étaient de formidables observateurs des travers de leurs contemporains, alors que l’art académique préférait dormir tranquille en rêvant d’un monde idéal.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60