Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

50 nuances and the sex machine

6 thèmes | 20 oeuvres
C’est la dernière sensation venue des Etats-Unis : dans le sillage du phénoménal succès de "Cinquante nuances de gris", la littérature érotique, faite par et pour des femmes, envahit les rayons des librairies. Ménagères de moins de cinquante ans et "desperate housewives" ne craignent désormais plus d’avouer au grand jour leur attrait pour un certain porno plus ou moins soft. Au moment où la vague « Mummy porn », véritable phénomène de société, enfièvre les alcôves, petit parcours érotique au féminin…

Du soft au hard

Ça commence bon enfant. A demi-mots. Avec un vocabulaire convenu et des images allusives. Et puis, et puis, on s’échauffe et on en vient à des choses plus crues. Les femmes n’ont pas attendu un best-seller pour reprendre la parole et dire ou filmer leur sexualité sans aucune retenue.

Cinquante nuances de Grey

Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe un brillant jeune chef d’entreprise Christian Grey, et tombe sous son charme, au point de ne plus se reconnaître… On dirait le résumé d’un pulp de la collection Harlequin, mais c’est beaucoup plus chaud : l’anglaise E. L. James, ancienne productrice de télévision, mariée et mère de deux enfants, prend sa plume pour romancer quelques bons vieux fantasmes, sur fond de scènes coquines à tendance sado-maso marinant dans un jacuzzi. Le « Mummy porn » a désormais son manifeste.

La Vie sexuelle de Catherine M.

Aux confins de l’érotisme et de la pornographie. Catherine Millet, directrice du magazine Art Press et auteur de nombreux essais sur l’art contemporain, raconte sans effet ni fard sa vie sexuelle aux allures de partouze géante. Un texte âpre, cru, d’un réalisme parfois dérangeant, sans chronologie ni autre logique qu’un désir débridé et toujours renouvelé de « baiser ». Une confession impudique, unique dans la littérature française.

X-Femmes (9 X-plicit films)

Le film X mis en scène par des femmes, pour des femmes. Arielle Dombasle, Lou Doillon, Caroline Loeb, Hélène Nogerra, Anna Mouglilis ou Laetitia Masson réalisent une série de petits films à mi chemin entre le simple érotisme et la pornographie. Une vision féminine du désir, sans doute moins basiquement « anatomique » et plus « mentale » (bien qu’assez crue et sans tabous !) que les productions habituelles des gros machos du genre.

Baise-moi

En 1993, Baise-moi fait scandale en racontant les aventures « brut de décoffrage » de deux jeunes marginales. Des phrases et des scènes choc, comme un tempo punk (tendance hardcore) martelant les pages, du sexe, de la drogue et du rock’n’roll (entre autres)… une chose est claire : si la Princesse de Clèves, Eugénie Grandet et Madame Bovary n’avaient jamais entendu parler des Ramones, Nadine et Manu, si !

L’amour fou

Quand la passion brûle tout sur son passage, consumant les corps dans son formidable brasier. Amour fou, confusion, désordre des sens… Eros et Thanatos sont sur un bateau. Eros tombe à l’eau. Qui est-ce qui reste ? Un immense incendie !

L'Empire des sens

La force impétueuse du désir sexuel, en une fulgurante tragédie. Actes non simulés, d’une grande crudité, scènes explicites mais jamais racoleuses, Oshima réalise, à travers la violente relation passionnelle entre Kichizo, le propriétaire d’une auberge de Tokyo durant les années trente, et sa servante Sada Abe, une drame érotique d’une confondante beauté esthétique. L’amour fou, version nipponne, dans le huis clos d’une maison de papier.

Vie d'une amoureuse

Ce petit livre regroupe deux courts romans anonymes d’époque ming (XIIIe au XVIIe siècle): Ruyi jun zhuan (Biographie du Prince Idoine) et Chipozi zhuan (Vie d'une amoureuse). Le premier, évocation de la chambre à coucher de l'impératrice Wu Zetian, connue pour ses frasques et sa cruauté, brille par son exotisme. L'autre, moins connu mais peut-être plus passionnant encore, raconte l’éducation sentimentale d’une jeune chinoise, puis sa passion fatale de femme, s’imposant comme une des premières confessions féminines érotiques de la littérature chinoise.

Souvenirs entomologiques : étude sur l'instinct et les moeurs des insectes, tome 1

Chez la femme, comme chez l’homme, le grand classique, c’est la cigarette après l’amour. Chez la mante religieuse, une fois l’acte consommé, commence la prise de tête : victime d’une irrésistible fringale, la femelle, jamais rassasiée, a parfois tendance à croquer net le crâne de son infortuné compagnon. C’est ce que raconte Jean-Henri Fabre, impénitent voyeur des ébats sexuels de petites bestioles, dans un de ses textes entomologiques, véritables petits bijoux littéraires.

La maman et la putain

Les femmes libérées sont-elles aussi fragiles que le dit un antique tube au tempo vaguement reggae? Une chose est sûre : entre le sexe et l’amour, certaines semblent faire franchement la part des choses. D’autres pas…

Belle de jour

L’histoire de Séverine Sérizy (incarnée à l’écran par Catherine Deneuve dans le film de Luis Bunel). Un roman d’une extrême modernité (paru en 1928) sur ces zones floues où se partagent amour et sexe. «Ce que j'ai tenté avec Belle de Jour, explique Joseph Kessel, c'est de montrer le divorce terrible entre le cœur et la chair, entre un vrai, immense et tendre amour et l'exigence implacable des sens. Ce conflit, à quelques rares exceptions près, chaque homme, chaque femme qui aime longtemps, le porte en soi. Il est perçu ou non, il déchire ou il sommeille, mais il existe.»

Coffret intégrale Desperate Housewives - Saisons 1 à 8

La série préférée de Laura Bush et… de millions de femmes, désespérées ou pas. En racontant avec humour le quotidien et la vie amoureuse de quelques femmes issues de la middle class américaine (les habitantes de la banlieue de Fairview, lieu désormais aussi mythique qu’imaginaire), les 180 épisodes de cette série américaine aujourd’hui culte devaient apporter un ton jusque là inédit et imposer une nouvelle image à la vénéneuse ménagère de moins de cinquante ans.

Island Life

Mannequin jet-set, diva du Studio 54 new-yorkais ou du Palace parisien, princesse hédoniste et icône gay, Grace Jones devait s’imposer, en partie grâce à Jean-Paul Goude, comme un troublant sex symbol des années new wave, à travers toute une collection d’hymnes à la nuit et à la volupté. Pour "I Need A Man", "Love Is A Drug", "My Jamaican Guy" ou sa version disco de "La vie en rose", troublante à souhait.

Island life
GAM
Island life
Auteur: Jones, Grace (1948-....)
Edition: Island
Collection: Island Masters

Vie d'une amoureuse

Ce petit livre regroupe deux courts romans anonymes d’époque ming (XIIIe au XVIIe siècle): Ruyi jun zhuan (Biographie du Prince Idoine) et Chipozi zhuan (Vie d'une amoureuse). Le premier, évocation de la chambre à coucher de l'impératrice Wu Zetian, connue pour ses frasques et sa cruauté, brille par son exotisme. L'autre, moins connu mais peut-être plus passionnant encore, raconte l’éducation sentimentale d’une jeune chinoise, puis sa passion fatale de femme, s’imposant comme une des premières confessions féminines érotiques de la littérature chinoise.

Petite musique de nuit

Inutile d’aller à la lettre X pour ressentir une excitation. Parfois tout est dans la suggestion. Parfois une image troublante, une douce mélodie et quelques mots choisis suffisent à susciter l’envie. Puis l’envie d’avoir envie… Vieille histoire et là encore, vieille chanson !

Comme Un Boomerang (Best Of)

Je t ‘aime moi non plus, 69 année érotique… Quand il ne faisait pas du rentre-dedans macho à Whitney Houston, en direct à la télé, dans une langue de Shakespeare remarquablement maîtrisée, Gainsbourg écrivait de somptueuses chansons pleines de finesse et de sous-entendus. On passera sur "Les Sucettes" un brin potaches, fredonnées par une France Gall encore naïve, pour s’attarder sur quelques hymnes débordant d’un troublant érotisme, de "69 année érotique" à "Je t’aime moi non plus", bouleversant duo en petite nage responsable de plus d’une love story.

L'origine du monde : Histoire d'un tableau de Gustave Courbet

Enquête (quasi-policière) sur un tableau célébrant la féminité qui a fait couler beaucoup d’encre… L’historien de l’art Thierry Savatier retrace l’aventure de L’Origine du monde, de sa commande au diplomate turc Khalil-Bey à son dernier propriétaire, le psychanalyste Jacques Lacan et analyse le scandale suscité par l’œuvre (dans les années 90, un roman reproduisant le tableau en couverture sera enlevé de la circulation par la police !) et son impact sur l’histoire de l’art.

Island Life

Mannequin jet-set, diva du Studio 54 new-yorkais ou du Palace parisien, princesse hédoniste et icône gay, Grace Jones devait s’imposer, en partie grâce à Jean-Paul Goude, comme un troublant sex symbol des années new wave, à travers toute une collection d’hymnes à la nuit et à la volupté. Pour "I Need A Man", "Love Is A Drug", "My Jamaican Guy" ou sa version disco de "La vie en rose", troublante à souhait.

Island life
GAM
Island life
Auteur: Jones, Grace (1948-....)
Edition: Island
Collection: Island Masters

Sexe, mode d’emploi

On dit souvent que rien ne vaut un bon dessin. Ici c’est plutôt un bon livre ou un bon film sur le sujet… Descriptions détaillées, points de vue autorisés ou guide pratique, les recettes (féminines) ne manquent pas à la ménagère de (plus ou) moins de cinquante ans pour l’aider à trouver une position sur le sujet.

Emmanuelle

Adapté du roman d'Emmanuelle Arsan, ce conte érotique sur l'initiation d'une épouse de diplomate au monde de la sensualité sans tabous devait créer le scandale lors de sa sortie en salles durant les années 70. Il devait également imposer une jeune actrice à la carrière malheureusement écourtée: Sylvia Kristel, disparue en octobre 2012, ne se remettra jamais du succès de ce film troublant, devenu culte avec le temps, à l’image d’un grand fauteuil d’osier auquel il reste en partie associé.

50 nuances de plaisir

Après la fiction, le guide pratique, histoire d’expérimenter. Ce petit livre inspiré du best seller anglais 50 nuances de grey propose de réviser ses classiques (les pratiques et les positions sexuelles les plus connues), mais aussi de s’initier à l’art de la fessée, aux caresses les plus inattendues, à la soumission et autres joyeuses voluptés. Avec un bon livre de cuisine, l’ouvrage indispensable à toute ménagère organisée.

L'origine du monde : Histoire d'un tableau de Gustave Courbet

Enquête (quasi-policière) sur un tableau célébrant la féminité qui a fait couler beaucoup d’encre… L’historien de l’art Thierry Savatier retrace l’aventure de L’Origine du monde, de sa commande au diplomate turc Khalil-Bey à son dernier propriétaire, le psychanalyste Jacques Lacan et analyse le scandale suscité par l’œuvre (dans les années 90, un roman reproduisant le tableau en couverture sera enlevé de la circulation par la police !) et son impact sur l’histoire de l’art.

Tendance sado-maso

C’est une des valeurs sûres de la littérature et du cinéma érotiques : l’univers sado-maso fait visiblement des disciples. Menottes coquines, chaînes, cravache, cuir : le rituel est immuable, mais continue visiblement à faire fantasmer. Fais-moi mal, Johnny !

Cinquante nuances de Grey

Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe un brillant jeune chef d’entreprise Christian Grey, et tombe sous son charme, au point de ne plus se reconnaître… On dirait le résumé d’un pulp de la collection Harlequin, mais c’est beaucoup plus chaud : l’anglaise E. L. James, ancienne productrice de télévision, mariée et mère de deux enfants, prend sa plume pour romancer quelques bons vieux fantasmes, sur fond de scènes coquines à tendance sado-maso marinant dans un jacuzzi. Le « Mummy porn » a désormais son manifeste.

50 nuances de plaisir

Après la fiction, le guide pratique, histoire d’expérimenter. Ce petit livre inspiré du best seller anglais 50 nuances de grey propose de réviser ses classiques (les pratiques et les positions sexuelles les plus connues), mais aussi de s’initier à l’art de la fessée, aux caresses les plus inattendues, à la soumission et autres joyeuses voluptés. Avec un bon livre de cuisine, l’ouvrage indispensable à toute ménagère organisée.

Histoire d'O, suivi de Retour à Roissy

Dans un château où l’on « dresse » les femmes, une jeune femme libre est initiée par son amant à tout un rituel sado-maso… En 1954, Pauline Réage publie chez Pauvert ce classique de la littérature érotique, provoquant l’enthousiasme de Jean Paulhan en une préface restée célèbre : « Enfin une femme qui avoue ! Qui avoue quoi ? Ce dont les femmes se sont de tout temps défendues (mais jamais plus qu'aujourd'hui). Ce que les hommes de tout temps leur reprochaient : qu'elles ne cessent pas d'obéir à leur sang ; que tout est sexe en elles, et jusqu'à l'esprit… »

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60