Connexion

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Catalogue

Retrouvez ici notre catalogue. Il vous permet de consulter l'ensemble des collections de la MDDS. Le service de réservations est à la disposition du réseau des bibliothèques des Deux-Sèvres. Si vous êtes adhérents d'une bibliothèque et qu'un titre vous intéresse, rapprochez vous de votre bibliothèque qui en fera la demande auprès de la MDDS.

Pour faciliter la recherche dans son catalogue, la MDDS met à votre dispostion des listes thématiques par fonds, par genre, par support ....

Hokusai : de la vague à l’homme

6 thèmes | 16 oeuvres
Parfois c’est l’arbre qui cache la forêt, mais la vague cache-t-elle l’océan ? En 1857, Baudelaire met en vers le « "déroulement infini de sa lame" », et avant lui, vers 1831, Hokusai met en peinture La grande vague dans l’une des estampes de sa série "Trente-six vues du Mont Fuji". L’exposition actuelle au Grand Palais montre qu’Hokusai n’a pas peint que cette vague, loin de là, mais cette estampe est l’œuvre d’art la plus célèbre du Japon ; considérons-là à sa juste valeur, immense, et surfons sur les vagues de peinture, de plaisir, d’épouvante, de manga, qu’elle a déclenchées ou qu’elle peut évoquer. Attention, une vague peut en cacher une autre !

De vagues en vagues

Voyageons d’un océan à l’autre avec Olivier de Kersauson. Voyons avec "Still the Water" les liens entre un typhon et le tourbillon intérieur qui submerge deux adolescents face à l’amour et la mort. Passons dans un même livre du plaisir du surf à l’horreur des vagues scélérates. La sensation forte est de plus en plus cultivée dans notre monde avide de plaisir : Vague mode d’emploi, derrière son apparente légèreté, laisse une impression étrange.

Vagues, mode d’emploi

Il est rare de trouver un livre qui parle autant de catastrophes que de plaisirs : il est question de vagues scélérates, de tsunamis, de la plage de Malibu, et de l’incantation hawaïenne pour faire venir les vagues. Le mélange des genres a de quoi dérouter, mais n’oublions pas qu’il s’agit toujours de vagues. Hugo Verlomme voue une passion à la mer ; il a écrit "Le guide des voyages en cargo" en 1993.

Still the water

Sur l’île d’Amami où souffle un typhon aux vagues grandioses, deux adolescents sont confrontés à la fois à la mort – celle de la mère de la jeune fille, d’un homme retrouvé noyé supposé être l’amant de la mère du jeune homme, de deux chèvres sacrifiées au cours d’un rituel animiste – et à l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Le film de Naomi Kawase évoque « "L’émotion des commencements et l’adieu au monde" » (Didier Perron, next.libération) dans un ensemble d’une grande beauté formelle où la nature et la mer en particulier tiennent une place centrale.

Still the water
CVS
Still the water
Auteur: Kawase, Naomi (1969-....)
Edition: Blaq Out (prod.)

Ocean’s songs

Le second d’Eric Tabarly sur Pen Duick III et IV livre ses impressions fortes de l’Indien, du Pacifique et de l’Atlantique. Kersauson n’écoute jamais de musique en mer car « "Tous les océans possèdent leur propre bande son. L’indien donnera un son plus grave ; le Pacifique plus métallique ; l’Atlantique livrera un son plus chaud. L’angle est excellent par rapport au clapot ? L’équipage joue juste" ». Si Hokusai est connu dans le monde entier pour sa vague, Olivier de Kersauson connait celles du monde entier. Loin des vagues, les ports : «"L’entrée dans Osaka est marquée par six cents mouvements de bateau par jour ; autant que dans le port de Brest en une année !"»

L’art de la vague

L’art de la vague ne concerne pas que les surfeurs, les grands peintres regardent la nature et leur peinture comme les surfeurs, la mer. La grande vague d’Hokusai est un événement en soi. Les vagues, tempêtes, typhons ont inspiré outre Hokusai, Turner, Monet, et tant d’autres. Grand écrivain aussi, Conrad a eu le génie de faire entrer un typhon dans un livre.

Vagues, tempêtes et marées

La légende raconte que Turner s’était fait attacher au mât d’un bateau pour être au cœur de la tempête. Anecdote inventée par Turner ? Sa peinture "Tempête de neige – Vapeur au large d’un port" peut donner le mal de mer au lecteur assis sur son canapé... La mer, ses vagues, ses tempêtes a inspiré de nombreux peintres, Hokusai, Monet, Constable, Boudin, Huet, Seurat, Denis, et même Victor Hugo, dont une encre de tempête est effrayante. Édité pour l’exposition Hokusai, ce petit livre d’art offre une croisière de rêve comme dans la chanson Mr Tambourin Man de Dylan « "Take me on a trip upon your magic swirlin' ship" ».

La grande vague

Timothy Clark, conservateur en chef des collections japonaises au British Museum, présente "Sous la vague au large de Kanagawa", titre original de la fameuse estampe, les différentes couleurs, notamment le bleu de Prusse ou encore l’importance du mont Fuji. À la violence de la vague répond le calme du mont Fuji : dialogue entre le yin et le yang. Naissance du mythe. Une estampe est faite en série : il est difficile d’imaginer que "Sous la vague au large de Kanagawa" a commencé par être tiré à dix mille exemplaires qui s’achetaient pour le prix de deux bols de nouilles, avant d’arriver en tête d’affiche au Grand Palais.

  Livre doc
Hokusai, La grande vague
Auteur: Clark, Timothy (1959-....)
Edition: British Museum

Typhon

Le vapeur Nan-Shan, son capitaine, MacWhirr, son second, Jukes, le chef mécanicien, Solomn Rout et les coolies affrontent un typhon en mer de Chine : «"Personne ne devait jamais savoir ce qu’avait été l’escarpement de cette lame, et l’effrayante profondeur du gouffre que l’ouragan avait creusé derrière la mouvante muraille d’eau."» Cette nouvelle de Joseph Conrad (1857- 1924) a été traduite par André Gide.

La vague cache l’homme

La vague d’Hokusai qui se transforme en « vague Hokusai » permet de passer d’une impression vague d’Hokusai au bonheur de regarder, d’admirer la variété de son immense production. Le génie d’Hokusai inspire l’édition : le hors-série Découverte Gallimard présente une maquette formidable ; le livre d’Edmond Goncourt montre son succès au XIXe siècle. Enfin, n’oublions pas qu’il est le père du manga...

Hokusai

Parmi la série de livres édités à l’occasion de l’exposition du Grand Palais, celui-ci est une merveille de maquette : pages qui se déplient en deux ou en quatre, faisant apparaître "Ejiri, une cascade", "La danse du moineau", des "Canards dans le courant" ou "Bouvreuil, pivoine et cerisier pleureur sur fond outremer", ou encore des paysans qui marchent dans un champs en tenant leur chapeau car le vent souffle. Petit livre, grande sensation.

Vagues de mangas

Si la grande vague du manga est passée, la France reste le deuxième pays consommateur de manga après le japon. Manga, dont Hokusaï est à l’origine. Manga qui signifie caricature. Les manga ont leur dieu moderne, Osamu Tesuka. Un numéro de la revue alternative d’art "Dada" présente la filiation entre les maîtres des estampes et les mangaka modernes.

Hokusai

Parmi la série de livres édités à l’occasion de l’exposition du Grand Palais, celui-ci est une merveille de maquette : pages qui se déplient en deux ou en quatre, faisant apparaître "Ejiri, une cascade", "La danse du moineau", des "Canards dans le courant" ou "Bouvreuil, pivoine et cerisier pleureur sur fond outremer", ou encore des paysans qui marchent dans un champs en tenant leur chapeau car le vent souffle. Petit livre, grande sensation.

Osamu Tezuka, le dieu du manga

Selon le quotidien japonais Asahi Shinbun tiré à 8 millions d’exemplaires par jour, deuxième journal le plus lu dans le monde, si la société japonaise lit autant de manga, c’est grâce à Osamu Tezuka, mangaka considéré comme le dieu du manga, mort en 1989. Sous son béret qu’il ne quittait jamais, il a adapté "Pinocchio", "Blanche-Neige", "Crime et Châtiment"... Avis aux néophytes : un manga se lit de droite à gauche. Donc la quatrième de couverture est à la place de la couverture !

Hokusai, Hiroshige, et les maîtres de l’ukiyo-e

Le numéro 180 de la revue Dada présente l’ukiyo-e qui signifie «"image du monde flottant"», mais cela n’a rien à voir avec l’insularité du Japon. Au Moyen Age, le monde flottant, uki, est celui de l’apparence, par opposition à l’état du nirvana. Le mot désigne au XVIIe siècle les plaisirs de la nuit. Outre Hokusai, des artistes comme Hiroshige, Utamaro, Kyosai sont présentés, et à leur suite les mangaka modernes qui ne renient rien de leur filiation avec les maîtres de l’estampe.

Vagues de plaisir

Vague qui fait jouir le surfeur, toujours en quête de la vague parfaite, tel Miki Dora. Même si les Beach Boys sont le groupe de référence sur la bande son du surf, les Dedicated Nothing jouent autrement avec l’énergie des vagues. Le raffinement dans l’érotisme japonais fait penser à "L’empire des sens" de Nagisa Oshilma, en 1976, dont le titre original, signifie « La corrida de l’amour ». Les éditions Hazan viennent de faire paraître un livre sur le monde secret du "shunga" ; un livre difficile à refermer une fois ouvert...

Miki Dora

Il surfa sur les vagues et sur les conventions de la société ; ainsi fut Miki Dora, héros de l’Amérique dorée des 60’s. Surnommé « "le Kérouac en short" », il vécut beaucoup en marge, connut un peu la prison. Il fut toujours à la recherche de la vague parfaite et de l’éternel été. Sur des murs de la jetée de Malibu, des graffitis annonçaient « "Dora rules !" », tandis qu’une plaque est à son nom sur un banc de l’esplanade du village de Guétary. La légende de Miki Dora est donc assise au bord du Pacifique et de l’Atlantique. Respect !

L’art érotique japonais – Le monde secret des shunga

Aujourd’hui tout le monde rigole à propos des censures d’antan sur les livres érotiques ; il suffit de se promener au rayon BD d’une librairie pour se rincer l’œil sans avoir besoin d’entrer dans un sex-shop. Mais déjà la société japonaise de la période d’Edo (XVIIe-XVIIIe), se passionnait pour les shunga, dites aussi «"images de printemps"» ; des images très explicites, souvent très humoristiques. Toute la société ? Toute la société : des samouraïs aux couples de jeunes mariés.

Dawn to dusk

Miki Dora, figure légendaire du surf basco-californien, classait les surfeurs en quatre catégories : les kooks, les punks, les freaks et les Dedicated Nothing. Quatre jeunes de Biarritz ont choisi la quatrième catégorie comme nom de groupe. L’énergie de leurs morceaux évoque les rouleaux lorsque le drapeau rouge flotte sur la plage, ce que confirme la couverture du CD. Une énergie rock très éloignée des harmonies vocales des Beach Boys qui les rapproche plutôt d’une pop syncopée millésimée années quatre-vingt sous influences Undertones.

Vagues monstrueuses

Quand les vagues font peur, elles peuvent terroriser. Les tsunami et autres vagues scélérates sont l’horreur même. Un scientifique les considère gravement. Un géant de la littérature nous entraîne dans un typhon. Un amoureux des vagues écrit un livre incroyable où il présente les vagues scélérates et celles qui donnent du plaisir. Un plaisir extrême qui suppose d’apprendre à respecter la mer.

Typhon

Le vapeur Nan-Shan, son capitaine, MacWhirr, son second, Jukes, le chef mécanicien, Solomn Rout et les coolies affrontent un typhon en mer de Chine : «"Personne ne devait jamais savoir ce qu’avait été l’escarpement de cette lame, et l’effrayante profondeur du gouffre que l’ouragan avait creusé derrière la mouvante muraille d’eau."» Cette nouvelle de Joseph Conrad (1857- 1924) a été traduite par André Gide.

Vagues, mode d’emploi

Il est rare de trouver un livre qui parle autant de catastrophes que de plaisirs : il est question de vagues scélérates, de tsunamis, de la plage de Malibu, et de l’incantation hawaïenne pour faire venir les vagues. Le mélange des genres a de quoi dérouter, mais n’oublions pas qu’il s’agit toujours de vagues. Hugo Verlomme voue une passion à la mer ; il a écrit "Le guide des voyages en cargo" en 1993.

Un crapaud peut-il détecter un séisme ?

Qu’est-ce qu’un séisme ? Comment se forme un tsunami ou une vague scélérate ? Peut-on prévoir un séisme et avec quelle échéance ? Peut-on se fier au crapaud ? Le séisme de Tohoku et le tsunami de Fukushima étaient-ils prévisibles ? 90 questions sont examinées par Louis Géli, chercheur à l’Ifremer et sa femme Hélène, journaliste. En conclusion, Louis Géli enrage contre le manque de crédit de la recherche qui l’empêche de travailler sérieusement et non de façon ponctuelle, au rythme des catastrophes.

logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60